Accueil » Autres produits High Tech » BabyX, une intelligence artificielle dotée de facultés cognitives (Vidéo)

BabyX, une intelligence artificielle dotée de facultés cognitives (Vidéo)

Depuis les balbutiements de la science-fiction, l’homme a rêvé de créer une machine à son image capable de lui répondre et, éventuellement, de le remplacer dans certaines tâches.

Tout d’abord limitées aux simples robots, ces «machines intelligentes» se sont tranquillement transformées en véritables «êtres virtuellement vivants» au fur et à mesure que la puissance de calcul informatique s’est vu augmentée.

De simples bras articulés capables de manipuler des objets préprogrammés, ces machines ont mutées en systèmes à tout faire, y compris désormais à apprendre, probablement l’une des processus intellectuels les plus complexes.

Ne dit-on pas que le métier le plus difficile est d’être parent? Il en va de même dans le fabuleux monde des intelligences artificielles.

Une intelligence artificielle qui apprend

Pour preuve, les dernières percées d’un département de recherche en ingénierie biologique de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Le professeur associé Mark Sagar, superviseur principal du projet, a développé BabyX, une simulation psychologique de bébé capable d’apprendre.

Lorsqu’on lui présente des objets, des visages ou des mots, elle est capable de les reconnaître, de les nommer et de réagir en fonction du résultat. Le chercheur et son équipe ont même poussé leur simulation en lui permettant de lire les émotions d’un visage qu’elle «voit» grâce à une caméra et des points de repère, leur logiciel maison de tracking facial améliorant la lecture des émotions humaines.

BabyX v3.0 Interactive Simulation from Lab for Animate Technologies on Vimeo.

Sans corps physique pour l’instant, cette simulation reproduit les schémas neuronaux utilisés lors de l’apprentissage chez l’humain. L’équipe a conçu un langage cérébral afin de pouvoir visualiser et modeler les modèles neuronaux recherchés. Ce brain language permet notamment de créer des animations et des visualisations en temps réel basées sur des réseaux neuronaux biologiques existants alors qu’ils sont sollicités pour différentes fonctions.

C’est grâce à cette interface, plus simple et intuitive à utiliser, que les chercheurs espèrent pouvoir développer et surtout programmer, comme une psyché humaine, ce nouveau type d’intelligence artificielle. Leur programme permet d’ailleurs de pouvoir observer l’anatomie du cerveau au-delà de la peau et du crâne virtuels, et de visualiser les processus internes lors des stimulations émotionnelles et de résolution de problèmes.

Intelligente, mais mignonne aussi

Évidemment, l’aspect visuel de l’intelligence artificielle a aussi une importance cruciale pour l’équipe du docteur Sagar, qui développe en parallèle un logiciel nommé The Aukland Face Simulator.

Comme son nom l’indique, le programme permet de recréer avec une très grande fidélité, des visages humains et les émotions qu’ils sont capables de générer. Comme avec l’intelligence artificielle, les chercheurs vont développer aussi les couches musculaires du visage afin d’obtenir une représentation des émotions plus criante de réalisme.

Reconstitution dramatique. Le film Surrogates met en scène un monde envahi par des «marionnettes» d’apparences humanoïdes.

Reconstitution dramatique. Le film Surrogates met en scène un monde envahi par des «marionnettes» d’apparences humanoïdes.

Bref, d’ici quelques années, ces «beaux» logiciels pourraient être intégrés dans de splendides robots bipèdes qui se promèneront parmi nous, s’intégrant de plus en plus au point qu’il deviendra difficile de les identifier.

Toutefois, ce temps n’est pas encore arrivé et les défis à relever sont nombreux. Miniaturisation, durabilité, équilibre, autonomie, le tout avec un look le plus humain possible, il y a encore beaucoup de travail à faire. Mais une simple collaboration entre les nombreuses équipes qui planchent sur des technologies complémentaires pourrait être le chaînon manquant à la production de l’humanoïde artificiel le plus proche de l’humain, voire – et c’est là que cela devient inquiétant – supérieur à son créateur.

(Source: numerama.fr)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Big mother sera en vente le 1er septembre

Présentée lors du CES en début d’année, la borne Mother du fabricant français Sen.Se sera ...