Accueil » Autres produits High Tech » Des pirates chinois attaquent les sociétés ayant conçu l’Iron Dome israélien

Des pirates chinois attaquent les sociétés ayant conçu l’Iron Dome israélien

Le blog Krebs On Security révèle qu’en 2011 et 2012, les sociétés à l’origine du système de protection anti missile actuellement déployé en Israël ont été victimes de cyber attaques. De nombreux documents ayant trait à ce système de défense auraient cuité.

L’alerte vient de l’agence de sécurité américaine Cyber Engineering Services Inc (CyberESI) qui a transmis à Krebs on Security un rapport sur ces défaillances de sécurité. Trois entreprises israéliennes ont été victimes de ces piratages : le groupe Elisra, Israel Aerospace Industries (IAI) et Rafael Advanced Defense Systems (RADS). Pour l’instant, seul IAI a confirmé cette information, mais a jugé que celle-ci n’était plus d’actualité. Elisra ne s’est pour l’instant pas prononcé sur le sujet et Rads a nié les allégations de CyberESI.

1862004263Le blog Krebs on Security, qui révèle cette information, est tenu par Brian Krebs, ancien reporter dans le domaine des nouvelles technologies pour le Washington Post. Le blog cite de longs passages tirés du rapport de CyberESI, mais ce dernier n’a pas encore été mis à la disposition du grand public.Pour l’instant donc, difficile de vérifier les déclarations de CyberESI et leur gravité.

Le dôme de fer parmi les objectifs de l’offensive

Les documents dérobés par les attaquants ont, selon CyberESI, pour la plupart trait à l’Iron Dome, le système de protection anti missile mis en place par Israël pour protéger ses populations civiles des tirs de roquettes palestiniennes. Celui-ci est actuellement actif et a mobilisé pas loin d’un milliard de dollars pour son développement et sa conception, une somme partagée entre Israël et les États Unis qui ont annoncé participer à son financement à hauteur de 235 millions de dollars. Il a été installé en 2010 et permet à Israël de détecter et d’intercepter les projectiles palestiniens visant son sol.

CyberESI détaille un ensemble de fichier ayant été exfiltrés du réseau interne des sociétés israéliennes victimes de l’attaque. Parmi ces informations, environs 700 fichiers (pdf, docs word, présentations powerpoint, mails et autres) pour un total de 762 Mo ont été dérobés. Ces documents sont pour la plupart sous le coup de limitations à l’export et à l’échange et dépendent du gouvernement Américain, qui procure à Israël un certain nombre de technologies, détaille Brian Krebs.

Derrière l’attaque, des visages connus?

L’attaque s’est étendue entre le 10 octobre 2011 et 13 août 2012, laissant le temps aux cybercriminels de gagner peu à peu le contrôle sur plusieurs parties du réseau. Cette opération a notamment été rendue possible grâce à une intensive campagne de hameçonnage menée par les attaquants, qui ont visé les officiels et dirigeants de ces sociétés.

Derrière cette opération, CyberESI croit reconnaitre la marque de fabrique du piratage militaire chinois. Plus précisément celle de l’unité 61398, une unité membre de l’Armée de Libération du Peuple, l’armée Chinoise, qui avait déjà fait les gros titres en mai pour avoir pénétré les systèmes des grandes entreprises américaines. Selon Joseph Drissel, directeur de CyberESI, l’attaque menée contre les entreprises israéliennes « porte toutes les marques » des opérations menées par cette unité 61398.

(Source: zdnet.fr)

Un commentaire

  1. Et qu’est ce qui ne nous fait pas dire que ce ne soit pas une manœuvre de grande envergure car soit les chinois savent intelligemment profiter des failles de sécurité qui courent ces derniers temps, soit c’est l’Israël qui baisse ses gardes car juillet dernier, le compte twitter de l’armée israélienne s’est fait piratée par l’armée informatique syrienne. On ne sait plus que croire car même un utilisateur particulier dispose des dernières technologies anti-hameçonnage comme Lastpass…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les hackers de Poutine s’infiltrent aussi sur les iPhone et les iPad

Des chercheurs en sécurité ont mis la main sur des logiciels-espions capables d’infecter les appareils ...